Transformer les blessures

Quand j'étais petite et que je courais dans mes jeux d'enfant, il m'arrivait de me blesser, je recevais un câlin, un peu de crème désinfectante, un pansement, appelé aussi sparadrap et je pouvais retourner jouer avec mes copains. Si le sparadrap avait des dessins, alors, j'étais encore plus fière d'être tombée.


Je reproduis ce schéma avec mes enfants, ils tombent = câlins, crème et sparadrap à dessin. Et la vie peut reprendre son cours (on est bien d'accord c'est en cas de léger bobo, en maman responsable, je pars direct à l’hôpital si mon enfant c'est fait une commotion).


Et quand est-il lorsque devenu adulte, il n'y a plus personne pour faire un calin après la chute ? que je suis seule à mettre de la crème sur mes blessures et que mon pansement n'a aucun dessin ?


Et bien, c'est une autre histoire..


Hier soir j'étais à une soirée de ma commune, donc il y avait beaucoup de monde que je connaissais, de vue, voir un d'un peu plus proche (si on pense que les gens sont venus à ma table c'est déjà plus proche que de les croiser dans la cours d'école, haut lieu de fréquentation des mamans).


C'est toujours une belle expérience que de sortir le soir avec mes deux enfants seule. En maman solo. Je ressens des regards d'admiration et pourtant, cela me dérange. ET là, c'est comme si je tombais par terre et que personne ne me faisait de câlin et sèche mes larmes. Pourquoi ?


Parce que, attendez, je me mouche et sèche mes larmes, parce que je ne vois plus mon chemin comme un marche éprouvante. Je ne pleurs plus de colère ou de tristesse profonde comme avant. Parce que je me suis pardonnée. Je me suis pardonnée ce chemin que je me suis choisie pour apprendre, pour découvrir, certes dans la souffrance, mais je l'ai choisie. C'est une initiation, comme dirait les Indiens. J'en ai bavé et il reste des tas de choses à travailler, je le conçois entièrement. Ce n'est pas parce que je porte des lunettes que je suis aveugle, non, non. Loin de là.


Ce matin, je me rends compte surtout que hier soir, je n'ai pas été capable de dire que que mes valeurs ont été bafouées. Ce matin, je suis fâchée contre moi-même.

Oui fâchée.


Fachée - accrostiche

Force

Amour

Courage

Humblement

Emotions

Etre

Mais être fâchée ou en colère ne veut pas dire que je suis une mauvaise personne. Mon corps me signifie que je l'un de mes besoins primaires n'a pas été respecté.

Ce n'est rien de plus que cela. Alors, il me suffit de prendre un moment pour accueillir cette émotion.


Et je rappelle que l'adage dit "avec la colère on déplace des montagnes".

Spécialiste colère, j'ai déplacé beaucoup de montagnes. Je ne suis donnée les moyens de réaliser beaucoup de choses. Il est d'ailleurs un peu pour moi difficile d'accepter que le chemin est devenu plus calme en ce moment et que c'est douceur qui souhaite arriver à moi, mais c'est une autre histoire.


Je suis une personne qui ouvre son coeur, je suis une personne généreuse, créative, curieuse de l'autre, à l'écoute et gentille.

Mais si mes valeurs sont bafouée, je ne suis plus dans le respect de moi-même.


J'ai pris la plume ce matin, celle de l'aigle, pour prendre de la hauteur. Pour voir les différentes scènes que j'ai vécu cette semaine. Se mettre dans la peau de ce magnifique rapace que j'ai eu l'occasion de voir surtout aux USA lors de mon voyage au long court est d'une force de dingue.


Prendre de la hauteur, rejouer les scène: que ce passe-t-il ? pourquoi j'entends cette réflexion, je vois tel ou tel comportement de cette personne ? Comment j'ai réagi ? qu’est-ce que cela a touché chez moi? et pourquoi ?


Ce matin, j'ai donc pris ma plume, ma peinture et j'ai écris. J'ai d'abord réalisé un rectangle dans lequel j'ai exprimé cette colère, qui au final n'était pas si grande que cela et j'ai mis un sparadrap en peinture dessus. Puis, à la lueur de la bougie et de l'odeur du chocolat chaud, j'ai déposé la vision de l'aigle.


En chamanisme, on dit que la vie est mouvement et c'est ainsi.

Nous les hommes sommes trop statiques, nous devons être lisse, parfait, sans émotion ou pire toujours heureux, je le vois même également avec les personnes qui travaillent en énergétique et je ne suis pas d'accord avec cela. La vie n est pas lisse, elle n'est pas plate, elle est cyclique déjà et ensuite toujours en mouvement. J'apprends à être dans la gratitude des expériences qui me font grandir. J'apprends a repéré les schémas et en sortir. Ce n'est pas lisse et je n'ai pas toujours le smile affiché sur mon visage. Parce que je suis humaine et pas un robot et surtout, j'ai enlevé un masque qui était invivable.


Regardez par la fenêtre, est-ce que cela bouge ? oui ! et c'est surtout cela que je vois ce matin, c'est que ça bouge. Cette colère m'a fait réaliser beaucoup de choses, prendre de la hauteur m'a permis de mieux voir les jeux de pouvoir qui se jouaient. et au final de laisser cela de côté et de prendre le pouvoir avec les valeurs qui sont miennes.

Rituel du matin

Il reste des blessures. Il reste de la crème et des sparadrap à dessins. Tout va bien.


J'en profite pour vous dire que j'ai de la places pour les suivis individuels avec le Journal Créatif®, avec pour but de travailler sur un objectif avec cette méthode.


Il y a aussi un atelier découverte fin novembre de la mét0hde de 2h00 à petit prix et ce sera l'unique atelier à ce prix là pour les raisons que l'on connait tous en ce moment. Profitez, max 8 places.


Belle journée !


Véronique

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Rangoli